L.A. Digitalisation
4 juin 2019

Entretien de Sûreté

Dans quels cadres l’entretien de sûreté est-il pertinent ?

L’entretien de sûreté consiste à évaluer la crédibilité des propos d’un interlocuteur, dans un cadre très spécifique. L’entretien de sûreté peut, par exemple, s’intégrer dans un processus de recrutement à un poste sensible : en complément d’un entretien d’embauche classique et d’un entretien exploratoire réalisé par un psychologue. L’entretien de sûreté vise alors à approfondir les caractéristiques de la personnalité du candidat à travers une approche non-ordinaire (originale). Il s’agira d’évaluer des critères « à risque » dans la vie professionnelle du candidat. On parle ici de risques tels que la radicalisation, la concurrence déloyale et l’espionnage industriel, la corruption, la transgression, le profit personnel… De manière générale, il s’agit de protéger l’intégrité (matérielle et immatérielle) de l’employeur vis-à-vis de postes sensibles. Et bien qu’il soit impossible de prédire le degré de déviance potentielle d’un être humain, ce type d’approche apporte des éléments décisionnels très utiles, notamment en cas de doute sur le profil. L’entretien de sûreté peut également intervenir dans un processus de débriefing après un événement, voire dans le cadre d’une enquête interne. Alors, l’entretien vise à recueillir un maximum d’informations utiles à l’investigation (le témoignage de l’interlocuteur), à en évaluer le degré de véracité et, le cas échéant, identifier une démarche de mensonge, de non-dit, de dissimulation d’informations…

Quel est le degré de fiabilité d’un entretien de sûreté ?

L’entretien de sûreté est administré par un professionnel des techniques d’entretien, de l’analyse comportementale et de l’évaluation de crédibilité. Basé sur l’état de l’art scientifique, les principes d’action et bonnes pratiques reconnues, ainsi que l’expérience terrain de l’évaluateur, l’entretien prétend à établir une « tendance de fiabilité », qui est matérialisée par un score commenté. L’entretien ne se veut ni auto-suffisant, ni sûr à 100%. Il est un moyen complémentaire d’éclairer le profil et les propos de l’interlocuteur. Il est présenté comme un outil d’aide à la décision, ni plus ni moins.

L’entretien de sûreté est-il légal ?

Oui, dès lors que l’interlocuteur est informé de l’objectif et des moyens employés pour conduire l’entretien, et qu’il a répondu favorablement (accepté explicitement) à l’invitation proposée en amont. La forme du livrable de l’entretien (compte-rendu) peut varier selon les cas, et elle est recevable tant que l’interlocuteur en a accepté la production et l’exploitation en amont (cadrage au début de l’entretien et recueil du consentement). Par ailleurs, le prestataire s’engage, bien entendu, à respecter la plus stricte confidentialité vis-à-vis de l’employeur (NDA + non-conservation des éléments – CV, compte-rendus, témoignages…). Retrouvez notre offre de services liée aux Entretiens de Sûreté sur notre page : https://laconseils.fr/surete-facteurs-humains/

Le mot de l’expert

Frédéric Peucheret, chef de projet du pôle Sûreté & Facteurs Humains, est Analyste Comportemental, consultant et formateur, spécialisé dans les contextes de sûreté, d’investigation et de renseignement. Référent auprès d’entités institutionnelles, publiques et privées, il accompagne de nombreux acteurs dans la détection des intentions malveillantes et des comportements suspects, la détection du mensonge et l’évaluation de crédibilité, les entretiens de sûreté pour le recrutement sensible, le débriefing d’évènements, les enquêtes internes, ou encore le traitement de sources pour le renseignement d’origine humaine. Par ailleurs auteur d’ouvrages techniques, il pilote aujourd’hui les projets en Sûreté du cabinet L.A. Conseils. En savoir plus sur : https://laconseils.fr/frederic-peucheret/

1 Comment

  1. Jannot dit :

    Bonjour Frédéric, merci pour cet éclairage. Jérôme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.